Vos Dons

le "bric à brac" de La Mure
le "bric à brac" de La Mure

En donnant à Emmaüs votre superflu :  meubles, vaisselle, bibelots, livres, tableaux, vêtements, électroménager, etc...

Vous participerez directement à l'action d'Emmaüs et à l’œuvre de l'abbé Pierre.

Ces objets sont remis en état par les compagnons, puis mis en vente dans le "bric à brac" Emmaüs à Sassenage, La Mure et Le Versoud.

En donnant à Emmaüs tout ce dont vous n'avez plus l'utilité, mais qui peut encore servir ou être réparé, un pas est accompli dans le sens de la solidarité.

Après rendez-vous pris auprès des communautés Emmaüs respectives, les compagnons peuvent venir à domicile récupérer ce que vous leur proposez.
Vous pouvez également nous apporter vos dons tous les jours, excepté le dimanche, le lundi, les jours fériés.

 

N'hésitez donc pas à nous contacter pour organiser l'enlèvement de vos dons.

 

ATTENTION!
Ne sont pas récupérés:   batteries, pneus, plastiques cassés, matelas tachés, lots d'ordinateurs, canapés usagés, peintures, carburants, produits chimiques, ...

Les compagnons se réservent le droit de refuser certains objets non réutilisables.


Une équipe dynamique

La communauté de Grenoble est composée:

- d'environ 60 compagnes et compagnons sur les 3 sites (12 personnes accueillies à La Mure, 15 au Versoud et 33 à Sassenage) ;
- d'Amis (bénévoles) ;
- d'une équipe d'encadrement de 5 salariés d'Emmaüs Grenoble (3 responsables, 1 encadrant technique et 1 intervenante sociale).

 

La Communauté fonctionne donc sur un "trépied" compagnons, amis, responsables.


Les principes de fonctionnement de la communauté

Apolitique et sans étiquette religieuse, la mission de la communauté est l'accueil de femmes et d'hommes dans le besoin, arrivant le plus souvent avec un sac pour tout bagage.

A Emmaüs, ils peuvent devenir acteurs de leur propre vie par le travail fourni au sein de la communauté.

Cette dernière est autonome, elle ne dépend d'aucune subvention; les dons, le travail fourni et la revente permettent de faire vivre chacun.

Ainsi les compagnons ne touchent ni le RSA, ni autre allocation. La Communauté propose un accompagnement social qui permet d'ouvrir des droits à la Sécurité sociale et d'accéder à des soins. Elle avance les frais de santé nécessaires pour les compagnes et compagnons.

"Logés, nourris, blanchis", les compagnons reçoivent en contrepartie de leur travail une allocation hebdomadaire.


Les règles de vie à l'intérieur de la communauté sont basées sur des principes élémentaires
d'hygiène de vie pendant le temps de travail et sur le respect de l'autre.
Les compagnons prennent repas et collations ensemble dans la salle commune.
Une fois la journée de travail terminée, libre à eux de regagner leur chambre individuelle et d'utiliser leur temps libre comme bon leur semble.

 

L'activité des communautés est encadrée par le statut des OACAS (organismes d'accueil communautaire et d'activités solidaires), créés par l'article 17 de la loi du 1er décembre 2008  :

Les OACAS visent à favoriser l'insertion sociale et professionnelle des personnes qu'ils accueillent. Ils permettent à des personnes éloignées de l'emploi de participer à des activités relevant de l'économie sociale et solidaire sans lien de subordination, à la seule condition de respecter les règles de vie communautaire. En retour, les personnes accueillies ont la garantie d'un hébergement décent, d'un soutien personnel et d'un accompagnement social adapté à leurs besoins et d'un soutien financier assurant des conditions de vie dignes.


Le devenir des compagnons

Le choix en revient à chacun.

Un compagnon peut rester s'il en a le désir aussi longtemps qu'il le souhaite même âgé moyennant un travail à sa mesure.

Il peut s'il en a envie, selon le profil et les postes disponibles, s'impliquer en suivant des formations et éventuellement en devenant Responsable d'une communauté.

Un compagnon est libre de partir du jour au lendemain s'il le veut.

Dans le contexte social actuel, chercher à sortir des communautés et se réinsérer est difficile.
Le compagnon sera donc aidé par la communauté, par le financement de ses projets (exemples: passer les permis VL, PL, formations professionnelles, aide à la recherche d'un appartement qui sera entièrement équipé par nos soins, aide financière et autres...).
Mais c'est sur sa détermination et son dynamisme qu'il devra compter pour s'en sortir pendant cette période transitoire.